Stéphane RIVES : cartes sur tables !

  • Written by Daniel

RIVES ENTETE

A quelques jours de la première journée du Championnat National et pour inaugurer cette nouvelle rubrique consacrée à des joueurs ou dirigeants qui ‘’méritent‘’ incontestablement plus de visibilité, nous avons contacté un ancien de l’AS ORANGE, un gars sûr et lucide dans ses analyses, pour trouver le premier de la liste : Guillaume GAUCI.

Il nous a sans réfléchir communiquer le nom de Stéphane RIVES qui joue, comme lui, au club de TRANSSUD Martignon, près de Toulouse, un club qui évoluera dans le groupe B du Championnat National avec les Municipaux Cassis qu’ils recevront le 1er Février, CACL et METRO Paris, deux clubs parisiens. En bref, un groupe compliqué, c’est le moins qu’on puisse dire.

Stéphane RIVES, vous le comprendrez en lisant cet interview, possède au moins deux solides cordes à son arc : le football, sport qu’il pratique et qu’il a pratiqué depuis longtemps à un niveau souvent plus qu’intéressant et le poker, jeu de cartes et de jetons qui date de deux ou trois siècles, même WIKIPEDIA ne s’en souvient pas très bien.

A Toulouse, le pays du rugby, s’appeler RIVES et jouer au football est déjà un défi. Stéphane RIVES l’a parfaitement relevé au niveau sportif. Et au niveau moral ou humain, certaines de ses réponses et sa conclusion montrent bien qu’il a parfaitement perçu et assimilé le rôle et l’action, sans contreparties, de ceux qui entourent le terrain : tous les bénévoles si rarement cités par les joueurs. Rien que pour cela, Stéphane mérite le qualificatif de ‘’super gars’’ dont l’affuble Guillaume GAUCI (cf ci-dessous), un fin connaisseur des relations humaines.

Quel âge as-tu ?

38 ans sur ma carte d’identité mais 20 ans dans ma tête (pourvu que ça dure)

Dans quels clubs as-tu évolué ?

Labastide d’anjou (aude), Revel (DH/CFA2) (avec Guillaume Gauci, le gardien le plus performant sur le terrain et à l’apéro), Labège (DH), Toulouse Fontaines(CFA) (avec le prodigieux Sébastien Fournié et son sac poubelle en guise de Sac de sport. Véridique !(cf video en fin d’entretien), Muret (CFA), Blagnac (CFA2), Auch (DH), Fonsorbes (PH/DHR) et Transsud.

L’avis de Guillaume GAUCI (cf photo ci-contre)  :

J'ai connu Steph lors de ma première saison sénior. J'ai eu la chance de démarrer la saison à 17 ans avec la CFA2 de Revel. C'est un excellent souvenir et je garde de Steph l'image d'un super gars, chambreur, hargneux sur le terrain et très bon devant le but. Clairement cela m'a aidé pour intégrer le groupe.

Lorsqu'il m'a appelé cet été pour rejoindre Transsud, je n'ai pas hésité longtemps. C'est un vrai plaisir de le retrouver et j'espère bien faire une grande saison pour ce qui pourrait être sa dernière ... A moins que j'arrive à le convaincre de continuer !

Je profite de ce message pour transmettre mes amitiés au club de l'AS Orange, son président, ses dirigeants, ses joueurs, ses coachs ... j'y ai passé 2 belles années.

Une seule question : comment faites-vous pour (encore) supporter Sébastien Fournié ?

gauci arret

 

Tes objectifs et ceux du club de TRANSSUD pour cette fin de saison?

L’objectif est clair et affiché : Gagner le championnat national ! Seul titre qui nous manque. Ensuite les vieux laisseront la place aux jeunes.

Ton avis sur le club de TRANSSUD ?

Un club où les valeurs d’entraide et de bénévolat qui prédominent me font penser que si René Dormoy mon président (toujours au four et au moulin a 70 ans) était Président de la République, Michel Comet le fondateur et pièce maîtresse du club était premier ministre, Patrick Lefebvre mon coach de cœur était ministre de la justice et si tous les bénévoles et dirigeants qui se démènent dans l’ombre pour nous sans rien demander en retour (Michel Anton, Jean-Michel Gedge, Dede Darbas, Yves Da Costa, Christophe et Zizou formaient le gouvernement de notre cher pays, nous serions tous heureux et personne ne manquerait de rien.

rives equipe 1

Comment vois-tu le parcours de l'équipe de France au Brésil ?

Je les voyais très mal en 1998 et ils ont gagné. Je les vois encore plus mal aujourd’hui alors j’espère que je suis un aussi bon visionnaire qu’en 1998.

Lorsque tu étais plus jeune, de quel club étais-tu supporter ?

Même aujourd’hui je ne supporte pas de Club. Je me régale à voir du beau jeu et surtout de bons joueurs. Pelé, Maradonna, Ronaldo (X2), Messi, ‘’tu ne t’emmerdes’’ pas quand ils passent ou passaient à la télé. j’ai aussi eu la chance de Jouer et m’entraîner un an à Labège avec Alberto Beto Marcico (doublure de Maradonna). Impressionnant de talent, d’humilité et capable de manger 3 pizzas après un match. Je n’ai jamais revu un tel exploit. Avis au gros de Transsud, je lance un nouveau challenge.

Qu'est-ce qui t'agace le plus sur un terrain ?

Rater le premier contrôle et m’apercevoir que je cours de moins en moins vite.

Quelle a été ta plus grosse boulette ?

Dans le foot (il y a 15 ans) : Prendre un rouge (pour une altercation stupide) à la toute fin d’un match de Dh avec Labege, une semaine avant la réception de Nîmes club de L2 en coupe de France.

Depuis quand es-tu au club ?

Ca doit être ma 5ème saison. Quand on aime on compte pas.

rives cochonIl m’a semblé voir que vous décerniez, à la fin de chaque match le T-shirt de cochon. Quel est le critère pour l’obtenir ? Et qui est le dernier vainqueur du trophée ?

Ah le cochon ! Pour l’obtenir il faut faire une belle boulette pendant un match (virgule, raté…). Ensuite tu as l’honneur de te taper tout un entraînement avec un superbe t-shirt de cochon (il me semble que l’équipe 2 a même poussé le vice à faire porter des oreilles et un groin). J’ai mieux que le dernier, j’ai une photo du plus beau. (en pièce jointe, Benjamin Lanusse)

Quel est ton principal défaut au foot ?

La paresse

As-tu gardé des contacts avec des joueurs ou coachs que tu as côtoyés par le passé?

Ouh la ! Toulouse est une petite ville et entre la dizaine de club que j’ai fait plus le foot universitaire et les soirées de clubbeur d’après match où tous les joueurs se retrouvent, j’ai gardé beaucoup de contacts.

Qu'est ce qui t’a empêché d'avoir une carrière plus conséquente ?

Le talent, le sérieux et le lèche- bottes

Quel est l'éducateur ou le dirigeant qui t'a le plus marqué dans ta carrière ?

Ils m’ont tous marqué et tous apporté quelque chose. Je ne les remercierai jamais assez.

RIVES EQUIPE 2

Te souviens-tu de ton premier match officiel de football ? Quel âge avais-tu ?

Wahou. La colle de l’interview. Je devais avoir dans les 9/10 ans mais alors où ça j’en sais rien.

Fais-nous partager un moment personnel fort que tu as vécu dans ta carrière footballistique ?

Il y en a 2 en fait.

- J’ai passé 2 saisons à Labège en DH à l’âge de 21 ans où mon entraîneur était Jean Luc Sassus (ex PSG, équipe de France et quelque chose comme 10 secondes au 100m) et mes coéquipiers (les plus connus) : Marcico, Sachy, Ferrer. Je jouais attaquant et quand le coach me parlait il me vendait du rêve : " tu vois, Weah et Ginola ils font les appels comme ça…" Une formation accélérée pour moi.

- Le deuxième est un match joué à Nantes à La Beaujoire en championnat CFA en levée de rideau de Nantes/Bordeaux. Le couloir pour rentrer sur le billard doit faire 20 mètres de large avec les logos de la Champions League dessinés au sol. 0 à 0 à la mi-temps quand le Cop Nantais commence à investir les tribunes. Quand ils marquent tout le cop crie et tape des pieds dans un stade où tout résonne en Stéréo. Ça te prend aux tripes ! On en a pris 2 (avant d’arracher le nul dans le dernier quart d’heure) mais j’ai regretté de ne pas en avoir pris 10 de plus pour l’ambiance.

RIVES EQUIPE 3Est-ce que tu te considères comme un joueur facile à gérer pour un coach ?

En match oui. Par contre à l’entraînement je suis un tricheur invétéré. Contourner les règles et les consignes c’est mon dada. Voilà je suis grillé.

As-tu déjà été expulsé d'un terrain dans ta carrière ? Si oui, pourquoi ?

Oui plus d’une fois. Sûrement pour me prouver que je pouvais être aussi con qu’un autre. L’effet Bad boy à la mode.

Penses-tu avoir les qualités pour être arbitre ?

Ni les qualités ni la patience.

Quel est le sport que tu ne pratiqueras jamais ?

Tous les sports de raquette. Je suis un vrai manchot.

Un talent que tu n'as pas du tout ?

Je suis un piètre danseur et c’est un regret permanent.

RIVES POKER CUPJ’ai cru voir que tu n’avais pas que des qualités footballistiques. Tu es en effet, depuis quelques années, passionné de poker, et tu as remporté, en 2010, la finale régionale à Toulouse, performance qui t’a permis d’aller à MONACO participer la grande Finale Nationale de la Poker.fr Cup.

Quel avait été ton résultat ? Et plus généralement, pourquoi avoir choisi le poker ?

Oui c’est plus qu’une passion puisque j’en ai vécu professionnellement pendant 6 ans avant que le gouvernement ne fasse tout voler en éclat en nous parquant entre français pour mieux nous taxer.

J’ai été piqué au vif quand en 2006 j’ai gagné un package de 12 000$ (voyage, hôtel de luxe, restaurant et entrée pour le tournoi WPT a 8000$) pour l’Atlantis aux Bahamas. Le poker m’a permis et me permettra je l’espère encore de faire des voyages.

Au-delà de ça c’est un jeu très passionnant à la technique évolutive qui te permet de faire un tas de rencontres improbables.

Pour Monaco je finis 5ème et je gagne un package pour les championnat du monde de Poker à Las Vegas plus une petite somme rondelette.

 

 

 

Un message à faire passer ?

J’ai un profond respect, et cela depuis que je joue au foot, pour tous les bénévoles qui s’afférent en coulisse pour que nous puissions nous adonner à notre passion. Je pense que nous ne leur rendons pas la moitié de ce qu’ils nous donnent. Qu’il soit arbitre de touche, à la buvette, à nous préparer un repas, à laver les maillots ou au bord du terrain, ce ne sont que des hommes et des femmes de cœur. Quand vous les croiserez, ne l’oubliez pas.