Christophe GATOUILLAT, à l’AUBE …d’une carrière

  • Written by Daniel

 

GATOUILLAT_ARBITRE_1

Stéphane LANNOY, arbitre international français, a déclaré :

''Le sport favori des français n'est pas le football, mais l'arbitrage. Tout le monde arbitre, et en tout lieu : sur un terrain de sport, dans une tribune, face à un écran de télévision, au téléphone, devant un journal spécialisé (ou non), à un comptoir de restaurant, à la machine à café...''

L'arbitrage est donc continuellement sur le devant de la scène, trop souvent pour être brocardé et rarement pour être mis en positive visibilité.

Pour  modestement remédier à cette lacune, nous avons choisi de présenter un jeune arbitre du District de l'Aube, non pas parce que notre Président de l'AS ORANGE en est originaire, mais parce que, pour l'avoir vu arbitrer et avoir discuté quelques minutes avec lui, à Issy les Moulineaux, lors d'un match de Championnat National de Football Entreprise, cette idée nous a semblé intéressante à plusieurs titres.

Christophe GATOUILLAT, à seulement 25 ans, est déjà très impliqué dans l'arbitrage et dans la dynamisation de cette partie intégrante du football qui mérite d'être mieux perçue.

Arbitre prometteur, vice-Président assidu du District de l'Aube, animateur dynamique auprès des clubs pour promouvoir l'arbitrage, initiateur généreux pour créer des évènements caritatifs (ex : Tournoi de solidarité Handicap à Romilly),  Christophe GATOUILLAT se démène aux quatre coins de sa Ligue de Champagne Ardenne et en France pour impulser son énergie aux hommes en noir. Et même à l'étranger puisqu'il lui arrive d'arbitrer des matchs de Division Nationale au Luxembourg  comme il l'a fait en octobre dernier à Differdange.

GATOUILLAT_HUGUIER_FRERES_Comme le font les collègues de son entreprise agro-alimentaire spécialiste de la viande de terroir (HUGUIER FRERES), il a dû, à un certain moment, trancher entre jouer et arbitrer. Il se félicite aujourd'hui d'avoir choisi la voie de l'arbitrage qu'il conseille, comme une école de la vie, à tous les jeunes.

Nous l'avons laissé répondre à nos questions, évidemment sans lui couper le sifflet, et nous vous proposons donc cet interview comme un carton non pas jaune mais ….d'invitation qu'il vous adresse amicalement.

 

 

Vous souvenez vous de votre premier match officiel avec un sifflet ? C’était, semble-t-il, avec des moins de 15 ans ? Comment cela s’était-il passé ?

Je me souviens de ce match dans les moindres détails. C’était le 3 avril 2004 à quelques kilomètres de mon domicile et j’ai vécu la plus longue partie de football de ma petite carrière.

J’ai cerné, dès le coup d’envoi, la difficulté de la fonction : 22 jeunes joueurs, 2 assistants bénévoles, des dirigeants à gérer et des doutes lors de la prise de décisions.

Le match, dans le jeu, s’était bien déroulé et les décisions étaient plutôt acceptées par les joueurs. Elles l’étaient beaucoup moins par les dirigeants qui n’avaient peu d’états d’âmes face à un jeune dont c’était le premier match. Un de mes assistants bénévoles a même posé le drapeau et s’en est allé après un pénalty qu’il contestait.

Après le match, la motivation en a pris un coup mais aujourd’hui, cela me fait sourire. Le caractère est forgé et on relativise.

gatouillat_reunion_arbitreVous semblez être très impliqué dans le développement de l’arbitrage dans votre région. Une nouvelle fonction a en effet été créée au district de football Aube : celle de référent arbitre.

Dans ce cadre, vous allez expliquer aux clubs, via votre commission départementale d'arbitrage de l'Aube, ce que le district attend d'un tel poste.

 

 

C’est d’ailleurs le sens d’une des phrases prononcées lors d’une de ces réunions: « Si nous voulons des résultats, nous devons aller sur le terrain rencontrer les clubs.’’

GATOUILLAT_ELAN_SOLIDARITEQuel est la mission générale de ce référent arbitre ?

 

Le « référent arbitre » est une fonction mise en place dans les clubs par la commission recrutement/fidélisation de la Direction Nationale de l’Arbitrage depuis la saison 2009/2010.

Sa mission est d’être l’ambassadeur de l’arbitrage dans le club. Il peut valoriser la fonction au travers de « soirées arbitrage » qui ont pour but de susciter des vocations et de sensibiliser les joueurs aux lois du jeu.

 

Le rôle de cette personne, attachée à la fonction d’arbitre, est d’être le relai entre les arbitres du club et les différentes instances (districts, ligues, fédération…).

Sa présence aux côtés des arbitres de son club, notamment des plus jeunes, est nécessaire pour apporter son aide dans la gestion des dossiers (médicaux, administratifs…) qui sont demandés par les instances et pour les aider à appréhender leurs matchs (préparation, moyens de locomotion, adresse du stade…). Aujourd’hui, nous perdons beaucoup de jeunes arbitres qui n’ont pas la chance d’avoir leurs propres moyens de locomotion ou des parents à disposition pour les emmener officier.

Véritable défenseur de l’arbitrage et de ses valeurs dans l’association, je pense qu’il est nécessaire que ce référent fasse parti du comité directeur du club.

Pour confirmer le rôle que joue Christophe au sein de sa Ligue , nous avons recueilli le témoignage d'Eric POULAT (cf photo ci-dessus), ancien arbitre de haut niveau aujourd'hui Conseiller Technique Régional :

Très investi dans la commission d’arbitrage de son District de l’AUBE, il œuvre également au sein du comité directeur de cette entité.
Il a été proposé la saison dernière par notre commission d’arbitrage au titre de candidat à l’arbitrage au niveau national (CFA2).

Malheureusement, il a échoué de peu lors de cette première échéance et tente cette saison d’obtenir cet accessit pour devenir arbitre de la fédération et représenter ainsi dignement les couleurs de notre Ligue au plus haut niveau de l’arbitrage français, son âge lui permettant peut être de terminer un jour sa carrière en Ligue 1.

C’est une fierté de posséder un tel élément d’avenir, qui donne constamment de son temps pour sa passion arbitrale et qui sait rendre aux autres ce que l’arbitrage lui à apporté.

 

 

 

Eric POULAT

 

J’ai cru comprendre que vous étiez très impliqué au niveau de l’arbitrage dans votre Ligue ;

gatouillat_pauletQuelles y sont vos multiples ‘’casquettes’’ ?

 

Depuis juin 2012 où une nouvelle équipe a été élue pour diriger le District Aube de Football, j’occupe la fonction de vice-président de ce dernier en charge de l’arbitrage, de la partie médicale et des partenariats de l’instance départementale vers l’extérieur.

Je suis membre de la commission départementale de l’arbitrage depuis 2007. J’ai eu la responsabilité de la formation des arbitres durant 5 années avant de passer le flambeau en 2012. Aujourd’hui, la gestion des observations et des classements des arbitres du district m’a été confiée.

 

 

Votre activité professionnelle et votre responsable vous permettent-ils de gérer au mieux ces heures consacrées à l’arbitrage et au football?

 

De ce point de vue, je suis comblé par la chance d’avoir un employeur passionné de football et qui s’intéresse régulièrement à mes activités extra-professionnelles.

Je fais parti d’une PME dans l’agro alimentaire où je suis responsable de la commercialisation de nos produits régionaux vers les différentes enseignes de la grande distribution.

Cette activité m’offre une certaine souplesse dans l’organisation de mes journées, certes plutôt remplies. Il est nécessaire de trouver le bon équilibre pour concilier la vie professionnelle, les loisirs dont font partis le football et l’arbitrage, et la vie personnelle.

 

Valoriser le rôle de l’arbitre : quelles sont les actions en cours au niveau régional et national ?

Au niveau national, outre le développement de la fonction de référent,  l’Homme en noir est valorisé chaque année  au mois de novembre lors des Journées Nationales de l’Arbitrage où des dizaines de sites de recrutement sont déployés sur le territoire français.

Plusieurs documentaires sur la fonction d’arbitre ont vu également le jour grâce à notre partenaire LA POSTE et la FFF. Le dernier en date de novembre 2012, « ALLEZ L’ARBITRE » montre la richesse de la fonction qui est commune à différents sports : Rugby, Basket, Hand et Foot.

Sur le plan régional et local, les CRA, CDA, CTRA et commissions de recrutement et de fidélisation des arbitres œuvrent auprès clubs pour susciter des vocations et intégrer de plus en plus l’arbitre dans la grande famille du football. Ces instances sont les relais de la politique menée sur le plan national.

gatouuillat_as_air_mail_niortQuels seraient vos arguments pour convaincre un jeune de devenir arbitre ?

Avec les différents stages en internat qui existent aujourd’hui, on peut devenir arbitre en un week-end.

Beaucoup de jeunes n’osent pas pousser la porte de l’arbitrage par crainte de se retrouver seul et d’être laisser l’abandon avec pour seul ami le sifflet. A ce jour, ce n’est plus vrai. Je ne connais pas un district qui ne dispose pas d’un système d’accompagnement ou du tutorat afin de suivre les nouveaux arrivants.

Un jeune arbitre n’est jamais seul sur ses premiers matchs et trouve toujours l’oreille d’un collègue à qui il peut faire part de ses matchs et demander des conseils. C’est une grande famille.

 

Je n’aurai jamais assez d’une vie pour dire à quel point la fonction d’Arbitre est enrichissante sur les plans humains et sociaux.

Quand on arrive jeune dans l’arbitrage, on apprend rapidement à se responsabiliser, à avoir de la rigueur, à forger son caractère face aux critiques et à prendre de l’assurance et des décisions. On se prend rapidement en main, on devient autonome.

En société, un jeune qui est arbitre dégage plutôt une bonne image, ce qui est paradoxal des trop nombreuses incivilités verbales ou physiques qui se produisent encore sur les terrains. Souvent, c’est une minorité qui pollue un football tant apprécié.

Par expérience personnelle, je sais que mon rôle d’arbitre a conforté mon employeur actuel dans mon recrutement car cette fonction représente, pour lui, le sens de la responsabilité.

GATOUILLAT_REMISE_MEDAILLE_AG_LIGUE_FOOT_MAG_10_JANVIERL’arbitrage est une aventure humaine formatrice où celui qui s’investit un minimum et qui cherche à progresser peut rapidement officier à un niveau où il n’aurait probablement jamais joué, ce qui est mon cas.

Cette discipline apporte une vraie valeur ajoutée à un Homme.

Avez-vous un modèle d’arbitre, français ou international ?

 

Comme pour beaucoup, Clément Turpin est un sifflet que j’apprécie tout particulièrement pour différentes raisons. Il détient de nombreuses qualités sur le plan physique, technique et humain.

 

Il est à la recherche constante de sa progression. Son seul objectif est de faire toujours mieux et d’être le plus juste possible vis-à-vis des équipes.

C’est un arbitre qui sourit aux joueurs sur un terrain de football. Les arbitres doivent montrer qu’ils sont heureux d’officier tout en montrant les dents lorsqu’il est nécessaire.

Clément TURPIN a été désigné, en 2009, arbitre international FIFA, devenant ainsi le plus jeune arbitre français accédant à cette fonction.
En avril  2011, il a arbitré la finale de la Coupe de France PSG-LOSC. A l’occasion de ce match, il devenait le premier arbitre de moins de 30 ans sélectionné pour une finale.
Bien qu’il officie désormais au plus haut niveau (il a arbitré, en octobre, MOLDAVIE – UKRAINE dans le cadre de la Coupe du Monde 2014), il connaît bien les difficultés pour parvenir à ce niveau et pour s’y maintenir. Il était donc parfaitement bien placé pour nous donner son sentiment sur Christophe GATOUILLAT, un jeune arbitre, comme lui, qu’il connaît bien pour avoir encadré des stages d’arbitrage auquel ce dernier participait.

Grâce à son club MONTCEAU BOURGOGNE, nous avons pu le contacter. Et  c’est sans aucune difficulté qu’il a accepté de nous livrer quelques lignes sympathiques sur Christophe GATOUILLAT :

GATOUILLAT_Avec_Clment_TURPIN

"J'ai eu l'occasion et je dois dire le plaisir de rencontrer Christophe Gatouillat à plusieurs reprises au cours de différents stages, matches ou autres manifestations. Je suis sa progression avec intérêt. Christophe vit une saison importante cette année, je lui souhaite une pleine réussite. Il le mérite.

C'est un garçon qui respire l'arbitrage. Il est très attaché au relationnel avec l'environnement. Toujours à la recherche du "meilleur canal de communication pour faire passer son message".
Le challenge de l'arbitre aujourd'hui est, au-delà de prendre les bonnes décisions techniques, de pouvoir les faire comprendre ou tout au moins les faire accepter. Christophe est un arbitre qui partage cette philosophie-là." 
Clément TURPIN

Christophe et Clément TURPIN

 

 

 

 

Lors de la diffusion d’un documentaire sur l’arbitrage, vous avez déclaré :

« Ce documentaire démontre les motivations des sifflets qui œuvrent en leur âme et conscience, en donnant le meilleur d'eux-mêmes pour garantir l'équité. Je ne crois pas un instant aux arbitres malhonnêtes, simplement aux arbitres qui font des erreurs comme tout un chacun. »

Que répondez-vous aux commentaires des journalistes TV, à ceux d’anciens joueurs devenus consultants ou même de Présidents de club qui mettent quelquefois en doute l’honnêteté ou les compétences de certains arbitres ?.

 

Je n’ai pas de réponse à leur offrir puisqu’il ne me pose pas de question… Je pense que beaucoup sont sous le coup de la frustration et réagissent à chaud. Ils n’admettent pas que l’arbitre puisse se tromper, encore moins lorsqu’il est le seul à ne pas voir ce que tout le monde a vu ou revu plusieurs fois sur des images et qui, là, parait évident. En vitesse réelle, le ressenti  sur le terrain est tout autre et on ne peut faire revenir les images en arrière et recommencer…

La réaction de frustration est admissible car on comprend qu’une équipe pénalisée à la suite d’une erreur soit en colère, celle qui met en doute clairement l’intégrité morale de l’Homme en Noir beaucoup moins..

De mon point de vue, un dirigeant de club qui clame haut et fort l’erreur d’arbitrage ou la malhonnêteté du directeur de jeu dans les médias le fait pour susciter un sentiment de compréhension et de pitié chez celui qui le reçoit. Il faut se faire plaindre pour obtenir l’indulgence et la compassion populaire. A l’inverse, très rares sont les commentaires audiovisuels positifs vis-à-vis de l’arbitrage car les effets recherchés et obtenus par ces phrases ne seraient pas intéressants pour ces mêmes personnes.

gatouillat_ps_lens_gambardella_en_2009Concernant certains journalistes, une minorité, ils « font leur métier ». C'est-à-dire la mission pour laquelle ils sont rémunérés. Concrètement, ils sont là pour faire plaisir, dans l’excès, à leur employeur indirect : le téléspectateur.

Savoir si ce qu’ils disent sur les Lois du Jeu est exact ou conforme à la morale n’est pas leur souci à l’antenne. Ils ne sont pas là pour faire plaisir ni aux clubs ni aux arbitres. Malheureusement, l’effet est dévastateur sur le football amateur qui reproduit et amplifie ce qu’il voit.

PSG - LENS (Coupe Gambardella)

Cependant, pour la plupart, les commentateurs sont prudents, nuancés et ils ne sont pas pour autant moins appréciés.

 

Passons à votre parcours personnel :

GATOUILLAT_3Votre carrière a débuté en 2004. Avez-vous décidé tout seul de choisir cette voie ou quelqu’un vous a-t-il guidé ou ‘’poussé’’ ?

 

J’étais joueur depuis 13 saisons. Pas d’un grand niveau technique mais passionné.

Plusieurs mauvaises mentalités dans l’équipe m’ont conduit à aller pousser la porte d’arbitrage, qui permettait de faire du sport et de rester en contact avec le football. Je suis allé voir mon président de club qui a fait les démarches administratives pour moi auprès du District Aube.

Aujourd’hui, je ne regrette aucunement ce choix et il sera encore temps de rejouer plus tard

 

Pensez-vous que le fait d’avoir été joueur  permet à un arbitre de mieux appréhender ou apprécier certaines situations de jeu ?

 

Incontestablement oui. Cela permet de mieux comprendre ce qu’un joueur ressent sur le terrain et d’avoir de l’empathie.

On connaît également les schémas de jeu, les ficelles du métier…

gatouillat_avec_Michel_VAUTRO

 

Christophe en compagnie de Michel VAUTROT, une des grandes figures de l'arbitrage national et international. Michel VAUTROT a souhaité terminé sa carrière comme il l'avait débutée : par un match CORPO.

 

Il fût donc l'arbitre de la finale de la Coupe nationale Corporative en 1991, sur la belle pelouse de Maisons Alfort, entre les Municipaux Bordeaux et l'AS PTT CNET devenue, quelques années plus tard, l'AS ORANGE Issy les Moulineaux.

Quel est votre niveau actuel au classement de l’arbitrage français ? Quel niveau de match vous permet-il d’arbitrer ?

 

Pour cette saison, je suis Candidat Fédéral 5. Concrètement, je prépare un concours qui permettra, en cas de réussite, d’officier toute la saison en CFA2. Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus et ceux qui sont là sont pour la plupart très bons.

J’officie en CFA2 et en DH dans la Ligue Champagne Ardenne.

 

Sandouville_faouziCombien de fois êtes-vous contrôlés dans une saison ?

 

3 fois saison dans le cadre du concours. 2 examens en CFA2 et 1 en CFA.

Les arbitres (une quinzaine sur environ 50) ayant les meilleures moyennes seront promus Fédéraux 5.

 

 

 

 

 

 

Pour le classement et la gestion des arbitres, le système s’apparente-il à celui des montées-descentes pour les clubs en championnat ?

 

Le système est le même. De la CFA2 à la Ligue 1, c’est un système de « montées/descentes » où les meilleurs accèdent à la catégorie supérieure, les derniers sont rétrogradés et les autres se maintiennent.

Combien d’entraînements par semaine ?

 

Minimum 3. En fonction de l’état physique, on peut rajouter une séance.

GATOUILLAT_4Quel est votre pire souvenir en tant qu’arbitre ?

 

Bien heureusement, il y a peu de mauvais souvenirs lors des matchs. J’ai la chance de ne jamais avoir été agressé physiquement. Mais les agressions de quelques collègues sont difficiles à vivre car on se met facilement à leurs places et on sait que l’on peut être concerné au match d’après si l’un ou l’autre « disjoncte ».

Et votre meilleur souvenir ?

 

Un ¼ de Gambardella entre le PSG et LENS aux camps des loges restera un excellent souvenir. Beaucoup de bons souvenirs sont là tels que les matchs arbitrés sur la Côte d’Azur ou à Monaco qui restent des moments privilégiés dans la carrière.

 

Avez-vous déjà arbitré un match féminin ? Si oui, est ce plus difficile, différent, plus sympa ou autre ?

Je n’ai jamais eu l’occasion d’officier sur des féminines.

Il semble aussi que vous soyez  très impliqué dans votre club de l’ASOFA, union de plusieurs clubs de villages, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Troyes.

GATOUILLAT_2Quel est votre rôle au sein de ce club?

 

A ce jour, je n’ai malheureusement plus de fonction dans le club si ce n’est d’être arbitre pour l’association. J’ai souhaité  me retirer du conseil d’administration au moment où je m’investissais de plus en plus pour le District Aube, avant d’éviter les mauvais procès. La proximité « club » me manque et j’espère retourner un jour aux sources.

Quelle est votre ambition personnelle dans votre parcours d’arbitre ?

 

Elle est la même que pour tout ceux qui souhaitent  gravir quelques échelons : franchir la marche d’après.

Seulement, le vrai souhait que l’on peut exprimer à chaque arbitre est de prendre du plaisir à officier quelque soit sa catégorie.

 

 

Parmi les cinq mots qui suivent, quel est celui qui définit le mieux  votre rapport avec l’arbitrage ? Un loisir, une découverte, une passion, une école de vie, un défi ?

Probablement que les cinq me vont. « L’école de la vie » expose le côté formateur et enrichissant de la discipline. C’est ce qui caractérise vraiment l’arbitrage.

Bravo au club de l’AS ORANGE pour l’accueil qui est réservé aux arbitres lors des rencontres et aux personnes qui travaillent sur la mise à jour d’un site web riche.

Photos et éléments extraits de :

http://ascairparis.footeo.com/galeries-photo/ascair-maif-niort-page2.html

http://www.lest-eclair.fr/article/tout-le-sport/foot-dhr-nogent-severement-corrige-par-romilly

http://www.lest-eclair.fr/article/tout-le-sport/football-quand-football-rime-avec-solidarite

FOOT 10 MAG Février 2011

http://asofa.footeo.com/

Clément TURPIN a été désigné, en 2009, arbitre international FIFA, devenant ainsi le plus jeune arbitre français accédant à cette fonction.
En avril  2011, il a arbitré la finale de la Coupe de France PSG-LOSC. A l’occasion de ce match, il devenait le premier arbitre de moins de 30 ans sélectionné pour une finale.
Bien qu’il officie désormais au plus haut niveau (il a arbitré, en octobre, MOLDAVIE – UKRAINE dans le cadre de la Coupe du Monde 2014), il connaît bien les difficultés pour parvenir à ce niveau et pour s’y maintenir. Il était donc parfaitement bien placé pour nous donner son sentiment sur Christophe GATOUILLAT, un jeune arbitre, comme lui, qu’il connaît bien pour avoir encadré des stages d’arbitrage auquel ce dernier participait.

Grâce à son club MONTCEAU BOURGOGNE, nous avons pu le contacter. Et  c’est sans aucune difficulté qu’il a accepté de nous livrer quelques lignes sympathiques sur Christophe GATOUILLAT :

"J'ai eu l'occasion et je dois dire le plaisir de rencontrer Christophe Gatouillat à plusieurs reprises au cours de différents stages, matches ou autres manifestations. Je suis sa progression avec intérêt. Christophe vit une saison importante cette année, je lui souhaite une pleine réussite. Il le mérite. C'est un garçon qui respire l'arbitrage. Il est très attaché au relationnel avec l'environnement. Toujours à la recherche du "meilleur canal de communication pour faire passer son message".
Le challenge de l'arbitre aujourd'hui est, au-delà de prendre les bonnes décisions techniques, de pouvoir les faire comprendre ou tout au moins les faire accepter. Christophe est un arbitre qui partage cette philosophie-là." 
Clément TURPIN