07/08 - Le Geste Technique - Le Loupage de coup-franc

Nos invités : Stéphane Antonini et Djamel Bruimaud

Le sort d'une rencontre, tant en DH qu'en DHR, premières et réserves confondues, se joue parfois à des petits riens. C'est un ballon qui heurte un poteau et passe derrière la ligne ou bien une balle qui frappe une barre transversale et qui revient au petit bonheur la chance dans le champ de jeu. Ce peut être également une décision arbitrale prise trop rapidement ou bien par défaut non prise après tergiversation sur une action litigieuse, etc etc. Aujourd'hui, parfois, face à ces aléas propres au jeu lui-même et à son règlement, l'utilisation efficace des coups de pied arrêtés prend tout son intérêt, notamment quand deux équipes sont de niveau quasiment égal. Quelques semaines après le Prenage de cartons, nous avons décidé d'aborder une réflexion sur un geste technique qui peut avoir une grande importance quant au résultat final, à savoir le coup-franc, et notamment bien sûr, tout le monde le connaît, le fameux loupage de coup-franc.
Nous avons donc demandé à deux spécialistes au sein du club de nous parler de ce geste technique qu'ils appréhendent tout particulièrement, de l'état d'esprit qu'ils y apportent, de leurs idées sur l'évolution qu'ils comptent apporter pour maintenir leur niveau de qualité dans l'exécution de ce geste.

La rédaction : Stéphane et Djamel, bonjour, merci à vous deux de répondre à nos questions, la première tout d'abord : pourquoi dit-on qu'il ne s'agit pas d'un geste facile ? Ou plutôt d'un geste pas facile ?
Steph Antonini : Avant de répondre de manière précise à cette question, je voudrais signaler que la première difficulté à entrevoir, c'est de désigner le joueur qui sera le plus apte à prendre ses responsabilités en cours de match lorsque son équipe bénéficiera d'un coup franc dit dangereux.
Djamel Bruimaud : Oui... Je suis d'accord. Un truc du style capable de semer le trouble chez l'adversaire, voire plus, de lui faire mal.

Cà veut dire donc que n'importe lequel des joueurs est capable de faire ce geste à un moment donné ?
SA : Pas du tout, je n'ai pas dit çà. Le loupage de coup franc n'est pas donné à tous. En tant que spécialiste, je peux vous affirmer que je ne laisserais pas le soin à un partenaire d'avoir l'occasion d'exécuter ce que je considère comme une mission.
DB : Comme en plus, lorsque nous jouons ensemble, nous sommes deux à pouvoir le réaliser, je ne vois pas pourquoi les autres auraient à se manifester.


Djam et Steph voisins de vestiaire : ne rien laisser au hasard

C'est devenu un cheval de bataille pour vous deux ?
SA : Oui, je crois qu'il faut le prendre ainsi. A titre personnel, depuis que je joue au football, et çà remonte loin, je me suis aiguisé les crampons à entretenir le loupage. Croyez-moi, ce n'est pas toujours facile lorsqu'une telle occasion se présente en match et qu'il faut placer le ballon à ras de la cage, mais à l'extérieur. Une simple maladresse, un coup de vent peut diriger la balle entre les poteaux et là, si le gardien n'intervient pas, eh bien votre réputation en prend un sérieux coup, et des fois, pas franc.
DB : Oui... Je suis d'accord. Même moi parfois, il m'arrive de louper mon loupage. Par contre, lorsque je le réussis et que je place le ballon en pleine tête du défenseur, dans le ventre ou ailleurs, là où c'est encore plus douloureux, même s'il est à la bonne distance, je suis content de moi. Cà lui coupe les jambes.

On sent de la hargne, une sorte de violence contenue dans vos discours ?
SA : Oui, mais c'est une agressivité positive. On n'est pas toujours aidé dans notre démarche. Lorsque les arbitres font reculer un mur à distance et que celui-ci n'avance pas, comment voulez-vous réussir un loupage ? Cà devient trop difficile. Il faut que les arbitres continuent à ne pas faire respecter les lois du jeu, sinon où va t'on ? Cà vous ferait plaisir de voir un match se terminer par un 6-6 et que de chaque côté, il y ait eu 5 coups francs réussis ? Ou serait le spectacle ?
DB : Oui. Je suis d'accord ! Et la noble incertitude du sport ne serait plus qu'un vieux mammouth à aller consulter dans les archives de l'INA.
SA : Tu sais ce que c'est que l'INA, toi ?
DB : Oui, bien sûr que je le sais. J'ai déjà consulté des images pour bien m'imprégner du geste à ne pas faire. Il y avait des mecs qui ont été filmés. Comme Pelé, Platini, Pépé, Zico... Ouuuaahh ! Les nases, à chaque fois qu'ils voulaient faire un loupage, ils le rataient. J'ai compris pourquoi ! De la façon qu'ils plaçaient leur pied et leur corps par rapport au ballon, c'était inévitable. En plus, pas intelligents pour deux ronds, parce qu'ils ont fait çà pendant toute leur carrière. D'ailleurs, on en parle encore tellement c'était irréel. Aujourd'hui encore, un gars comme Juninho fait énormément de mal à des gens comme nous.

Effectivement, on comprend que çà vous fasse du tort. Eh bien, à votre niveau, quelles évolutions comptez-vous apporter pour que le risque de ratage de loupage ne se produise plus ?
SA : C'est difficile à dire. Le risque zéro n'existe pas. Comme on l'a dit tout à l'heure, il suffit qu'un défenseur lève le pied ou saute pour que le ballon soit dévié et finisse au fond du but adverse. Dans ces cas-là, çà ne sert à rien de gamberger. Il faut tout de suite reprendre le coup franc suivant pour se remettre à niveau. Avec Djam, lorsque çà arrive, on s'encourage mutuellement par des petits signes à toi à moi. Par contre, des fois, il arrive qu'on fasse des blagues. Par exemple l'autre samedi, Yannick (Moizan) a voulu faire le kakou avec nous, alors on s'est dit qu'on allait lui proposer rien que pour voir. Cà a été une grosse partie de rigolade, forcément, car il a raté le loupage. Il a mis directement le ballon dans le but sans que le gardien ait esquissé le moindre geste. Cà a été fatal. Il a chopé la tehon.


Sur coup-franc indirect, le spécial : la passe à contre-temps

Il a quoi ?
DB : Il a eu la honte quoi ! Tout le monde s'est agglutiné autour de lui pour se moquer.

Il l'a mal pris ?
DB : Eh bien, je ne sais pas trop, il avait le sourire béat, mais je pense qu'au fond, c'était pour donner le change, pour ne pas paraître ridicule devant nous deux. On n'a pas insisté. C'est son problème, pas le nôtre. Mais c'était juste une blague entre nous. On l'a fait parce qu'il y avait déjà plusieurs buts d'écart en notre faveur, sinon, on ne l'aurait pas laissé tirer. Moi, je suis partisan qu'il faut aider les copains. La preuve, dans le public, ce même samedi, il y avait un ancien de chez nous, Hervé (Sabourin), qui a dit que si je ratais mon loupage, il arrêterait sa carrière sur le champ. Eh bien, çà me faisait mal de savoir qu'il risquait de terminer le football à 40 ans. J'étais tendu, mais j'ai quand même réussi mon loupage. Il m'a remercié à la fin.

Cela vous est-il déjà arrivé de tirer un coup-franc à l'envers, dans l'autre sens ?
SA : Jamais. Cà, c'est le summum du loupage
DB : Dans notre jargon, on appelle çà un franc-coup ! C'est réservé aux plus grands... Nous, nous ne sommes que des petits, enfin, hmmm, des moyens.

Une dernière question. Vos entraîneurs en pensent quoi ?
SA : Des entraîneurs qui se mettent à penser ???? Ah ? Bon, admettons ! Peut-être qu'ils nous encourageraient à continuer nos efforts. D'ailleurs, on nous a proposé un concours à l'entraînement, style mort subite. Tu rates ton loupage, tu rentres au vestiaire. Tu le réussis, tu continues, et ainsi de suite. Mais nous, on n'a pas voulu, sinon, les gardiens auraient coupés les lumières à trois heures du matin.
Les autres seraient rapidement rentrés à l'heure aux vestiaires, mais Djam et moi, et même sans mur, les autres étant repartis, on n'auraient encore pas pu se départager.
DB : Eh puis après, en match, ce serait l'anarchie, tout le monde voudrait tirer les coups francs, à supposer qu'il y en ait qui fasse aussi bien que nous.

Merci Djamel, merci Stéphane, merci pour ces éclaircissements. Alors on se donne rendez-vous au prochain match et qui sait ? Des fois qu'il y ai un coup-franc bien placé à loup.. euh à tirer, on compte sur vous.

PS : grand merci donc à Stéphel et Djamane pour leur humour, leur participation et leur complémentarité.

La rédaction

 

Mise à jour 04/11/2007