05/06 - Election - Défenseurs - Didier Blino, un pilier, un esprit, un exemple

Après une doublette Mouko/Gorce pour le poste de gardien, le vote des défenseurs laisse augurer au final d’une équipe de très haut niveau. Didier Blino l’emporte sans discussion avec le plus grand monde de suffrages et le plus grand monde de premières places.

 

Didier est arrivé par hasard dans la section à l’occasion d’une détection telle qu’on les pratiquait auparavant. Doté d’un mental à toutes épreuves, ce défenseur solide et intelligent était un vrai meneur d’hommes comme on aimerait en voir plus souvent. Capitaine sur le terrain et fêtard après les matches, il a logiquement marqué les esprits. Actuellement à Orvault, le pays nantais cher à Denis Moreau (notre secrétaire), Didier Blino restera dans la longue route de la section comme un acteur majeur exemplaire. Ce n’est pas Yves Trédan qui nous contredira.

Derrière le grand vainqueur, trois joueurs sont dans un mouchoir de poche avec des profils très différents. Second, Christian Lefebvre obtient peu de suffrages mais la plupart le place en tête ce qui lui vaut une belle seconde place. Il a, lui aussi, marqué les esprits avant que l’ex-CNET (cf photo à gauche : avec son capitaine D.Blino, vainqueurs de la Coupe nationale en 1991 à Maisons Alfort contre les Municipaux Bordeaux) ne rafle la majorité des Coupes Nationales mises en jeu dans les années 90. Venu du nord de la France, il a fait ses premières classes à Valenciennes, évoluant quelquefois en D2, avant que son parcours professionnel ne le pousse vers Paris et vers le feu ASPTT CNET Issy. Excellent de la tête (peut être le meilleur jeu de tête de l’histoire du club) Christian dit "Quinquin" a laissé une très belle empreinte dans notre histoire.

Troisième et quatrième, les deux François Cordier et Defaix. A eux deux un palmarès long comme un jour sans pain, une présence au club pour chacun de plus de 10 ans, rien à redire. A quelques longueurs, Yves Trédan paie surement un nombre trop limité de saisons comme joueur, également le fait d’avoir aussi évolué au milieu ainsi que (et surtout ?) de son statut très marquant de coach... Derrière le trou est fait mais on cite dans l’ordre quelques uns des 33 joueurs désignés : Pons, Kone, Celestine, Di Rocco, Rey, Levionnois, Piel, Di Stefano, Ly ou Moscou...

Du côté de l’équipe des années 2000, là encore le scrutin a été des plus serrés avec trois joueurs qui se tiennent en 4 points. François Defaix aura tout connu dans les années 2000 : des titres de champion de France (2003), de DH (2002), de DHR (2005) aux finales de championnat de France et Coupe de France (les deux en 2002) mais aussi... la descente en 2004. Palmarès, attachement et présence toujours et encore au club, François mérite largement cette place.

Compte tenu de ses blessures qui l’auront beaucoup handicapé dans ses dernières années de carrière, la place de dauphin de François Cordier confirme qu’il a bel et bien laissé une empreinte très forte. Avec François D. et Charly Bornil (qui ne prend qu’une 7ième place), ils ont fait bonne garde devant Barel pour l’obtention du titre de 2003.


Des deux finales nationales en 2002 à la remontée en DH en 2005, Lolo Pons a su se faire une place de choix en seulement deux saisons et demi. Plus que son capitanat, ses qualités de joueur, on peut signaler que Lolo a été le premier à signer en 2004 après la descente. Tout un symbole !! Pour complèter la défense : Eric Di Rocco, capitaine du début des années 2000, qui est parti trop vite dans le sud. Il ne devrait pas être loin d’apparaitre aussi dans la sélection des meilleurs milieux... Juste derrière et premier latéral, Omar Ly qui fait les beaux jours de La Poste. Au passage, l’AS Orange souhaite bon courage à Omar qui va se relever d’une très grosse blessure du genou.

La rédaction

Mise à jour 08/12/2005