05/06 - Election - Milieux - Les hommes du milieu

Cette élection réveille manifestement des souvenirs... Il fallait entendre Michel Perpignaa, Fred Moscou et Daniel Teste parler du jeu de Freddy Le Loarer samedi à Jean Bouin pour comprendre la qualité de sa patte gauche et au-delà mesurer l’excellent niveau du joueur qui remporte le plus de suffrages lors du vote des meilleurs milieux de l’histoire du club. Son élection ne souffre aucune contestation puisqu’il obtient presque deux fois plus de voix que ses seconds (ce qui fait 60% de plus de points compte tenu du mode de calcul).

Freddy Le Loarer, technicien hors pair à la vision du jeu exceptionnelle, aurait pu faire une toute autre carrière, tant ses qualités étaient hors normes. Un genou récalcitrant ayant eu raison de ses ambitions professionnelles, c’est du CNET qu’il a fait le bonheur ; sur le terrain et en dehors du terrain. Il n’y a qu’à se souvenir de son but de la victoire (2-1) lors de cette inoubliable finale de Coupe Nationale de Maisons Alfort en 1991. Tout le monde se réjouira donc de voir ce garçon attachant mis en avant, lui qui était un modèle de discrétion et de gentillesse. Le pied gauche de Freddy restera dans nos mémoires. A priori les anciens qui ont pris la peine de voter ne l’ont pas oublié.

Derrière ce grand vainqueur, Fabrice Sadik et Jean-Marc Blin sont à égalité avec des profils très différents. Certains considèrent que Jean-Marc est plutôt un attaquant ce qui justifie sûrement cette place. Jean-Marc Blin, allergique aux pompes ou autres abdominaux, est dans la lignée de Freddy Le Loarer; un pied gauche magique, l’art du spectacle, une capacité à faire jouer les autres pour les mettre en évidence et surtout leur faire prendre du plaisir. Pas calculateur mais épicurien altruiste du ballon, il a marqué de nombreux buts et les esprits par son comportement toujours irréprochable sur le terrain et inénarrable en dehors. Beaucoup moins tourné vers la fête mais tout aussi attachant, Fabrice Sadik était présent lors de notre premier titre de Champion de France en 1998 contre les Municipaux Rennes à Amiens en 1998. Son abattage, sa présence et son impact physique redoutés et son efficacité reconnue l’ont logiquement conduit vers la sélection nationale Foot Entreprise. Tout aussi discret dans la vie que Freddy, Fabrice Sadik a été un garçon très apprécié de tout le monde grâce à un comportement exemplaire empreint de sérénité.

Derrière Eric Denes, Loic Fauvel, Amigo NSingi, Abdel Kader Bennoui dit logiquement "Ben", Yves Tredan, Fred Moscou et Christophe Marechal sont cités par au moins trois votants ce qui prouve qu’ils étaient dotés de certaines qualités que nous vous proposons dans le désordre : gentillesse, percussion, élégance, technicité, justesse, rigueur, magie. A vous de les attribuer à qui de droit parmi les joueurs cités, tout au moins pour ceux qui les connaissent.

Du côté de l’équipe des années 2000, le profil hors-norme d’Amigo NSingi lui donne une "victoire à la Barel Mouko". Si Amigo ne fait pas le plein contrairement à Barel sur le vote des années 2000, il fait un petit chelem. Pied gauche magique, accélération et "cassage de reins", Amigo aura terrorisé les défenses de DHR en 2004/2005. On regrettera une chose : ne pas avoir vu jouer Amigo sous nos couleurs au plus haut niveau national.


Comment arrêter Amigo ??

Derrière Amigo, Florian Bresson prend une deuxième place amplement méritée. Technique, calme, Florian a régné sur le milieu et l’a stabilisé lors de ses trois ans au club. Il fut un des éléments clé du titre de champion de France de 2003 et deux finales de Championnat et de Coupe de 2002.

 

Jean-Luc Djel Danglades complète logiquement le podium. Il aura fait autant d’allers-retours qu’il aura été efficace, polyvalent, très facile techniquement quand il jouait sous nos couleurs. Malheureusement pas présent ou blessé, lors des saisons riches en titres, il n’a pas le palmarès qu’il aurait mérité. On retiendra qu’il a lui aussi un rôle majeur dans la remontée l’an dernier. Nous l’avions annoncé la semaine dernière, Eric Di Rocco finit une nouvelle fois au pied du podium. 4ème meilleur défenseur, 4ème meilleur milieu, il paie très cher sa polyvalence. Nous ne prendrons néanmoins pas le risque de le prédire parmi les élus attaquants même si c’est un poste qu’il a également occupé !!! Diaz Maloumbi, Leris Mayala, Titi N’Simba et Hervé Kerivin sont cités par plusieurs votants pour certains à de très bonnes places.

La rédaction

Mise à jour 16/12/2005