05/06 - Election - Entraineurs - Yves Tredan, la bal(l)ade!

Un vote plus unanime que ceux pour Philippe Dupont et Barel Mouko était-il possible ? En tout cas, Yves Trédan l’a fait.
Ce que nous avions suggéré lors des votes pour les meilleurs défenseurs et milieux de l’histoire a été confirmé. Non seulement Yves a été l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du club mais il reste surtout dans les mémoires le coach qui a fait gagner le club au plus haut niveau.
Mais, revenons au début, Breton pur beurre, le jeune Yvig (ndlr : le suffixe ig signifiant "petit" dans "sa langue") fait ses armes à Lannion avant de rejoindre l’EA Guingamp qui évolue alors en D2. C’est le début des années 80, René Cédolin est aux commandes avant que Kéru (Raymond Kéruzoré) n’arrive. Yvig devenu Yves s’épanouit dans ce contexte de jeu à outrance qui régale les joueurs mais aussi les supporters du stade Yves Jaguin (avant la migration au fameux Roudourou dans les années 90). D’autant que ce jeu spectaculaire s’accompagne de résultats (barrages pour la montée en D1) !! Sollicité par des clubs de D2, Yves hésite à franchir le pas du professionnalisme, son métier à France Télécom lui ayant permis de trouver son équilibre.
Yves s’imprègne des principes de jeu et des contenus de séances de Kéru. Reste désormais à les appliquer. Pendant ce temps, le CNET depuis la montée en DH en 1979 rafle les titres de champion de DH mais tarde à franchir le cap des phases finales dans les joutes nationales.
Yves, muté sur Paris, prend en charge un groupe certes brillant mais surtout à l’état d’esprit et au comportement remarquables, et touche au but pour finir par obtenir le graal : Finale du championnat de France 91 au Parc Lescure à Bordeaux, Finale de la Coupe de France 90, Coupes de France 91, 95, 96, 97, champion de DH 90, 91, 92, 94, 95, 96 et 97 (n’en jetez plus....). Son parcours au CNET et à l’ASFTR&D comme entraîneur et aujourd’hui à l’AS Orange comme manager est morcelé mais toujours placé sous le signe de l’humain, du jeu mais aussi des résultats (La Poste qui domine actuellement le foot entreprise francilien est montée en DH avec Yves à sa tête - il garde d’ailleurs d’excellentes relations avec son ancien club). Autre qualité de Yves : son timbre de voix et sa ballade irlandaise que nous n’avons malheureusement pas entendue depuis bien longtemps. Plus sérieusement, la qualité de son discours, la clarté de ses messages, des relations saines avec ses joueurs complètent le tableau d’un maître en gestion de Ressources Humaines.

Qui n’a jamais entendu résonner un "Kurva mach" pour une relance hasardeuse, un 1 contre 1 mal joué, une touche à refaire, une faute à proximité de la surface, un joueur laissé libre au second poteau, un carton bête,... - la liste pourrait s’étendre à l’infini, c’est vous dire si on l’a entendu... - ne peut mesurer combien Tomasz Bzymek est un encadrant exigeant. Il serait pourtant réducteur à l’extrême de limiter Tomasz à cette caricature tant ses valeurs font passer le groupe avant tout. Arrivé comme entraîneur-joueur, après un début en D2 Polonaise puis des étapes à Orly et à l’Arménienne, où il était très apprécié, Tomasz a su rallier tous les suffrages. Son français initial nécessitait une écoute parfaite de l’auditoire mais, petit à petit, ce forcené du travail et de l’effort, a convaincu à tel point qu’on peut, et les votes nous confortent en ce sens, affirmer que Tomasz a participé positivement au parcours du club.

La tâche assignée à Thierry Mercier en 2001 n’est pas aisée. S’il dispose à son arrivée d’un effectif très étoffé, la saison 2000-2001 a été gangrenée par des problèmes comportementaux et disciplinaires. Pour autant, la saison 2001-2002 va être exceptionnelle au niveau régional avec pas moins de trois titres (DH, Res.DH et Res.DHR) pour les quatre équipes alignées (la 2 prenant avec Tomasz à sa tête une très méritoire 4ième place de DHR en dépit d’un effectif très fluctuant au gré des besoins de la première) mais aussi très frustrante au niveau national (finales de Championnat et de Coupe de France). En fin de saison, l’effectif Première explose. La saison suivante, Thierry obtiendra le meilleur d’un groupe bien moins solide avec Barel Mouko, Florian Bresson, Féfé Nobial et Doudou Cissoko comme fers de lance. Ce meilleur se traduira rien moins que par un titre de Champion de France en 2003. Thierry quitte alors le club pour se présenter à l’élection de Président du district du 94 (fonction qu’il occupe depuis 2004).

 

Gérard Dacheux aura été le détonateur de la section football de l’ASPTT CNET dans les années 70. Une sorte de rampe de lancement pour tous les entraîneurs qui lui ont succédé. Sa rigueur et la qualité de son suivi individuel du joueur l’ont conduit au premier titre de Champion de Paris DH en 1982. Des entraînements bien ficelés, une forte personnalité sur le terrain en tant que joueur et entraîneur, un chanteur hors pair lors des après matchs au café de la Mairie. Le sérieux de son travail est pour beaucoup dans la reconnaissance que le club a suscitée lors de ces années d’apprentissage. Si les fondations du club sont bien solides aujourd’hui, c’est parce que des meneurs comme Gérard Dacheux y ont apposé leur pierre précieuse.

Derrière ce quatuor, Eric Denes et Pierre Miclo ont été à peine moins souvent cités mais moins haut dans la hiérarchie ce qui justifie seulement ces places d’honneur. Egalement nommés Persol, Rottier ou Iozia.

Pour clôturer cette longue procédure de vote, nous avons demandé à Yves d’organiser le groupe des 16 meilleurs joueurs de l’histoire issus de vos suffrages. C’est ultra-offensif !! Certaines décisions voient peut-être des joueurs moins bien classés sur le terrain mais ce sont des choix d’entraîneur que nous devons respecter.

Merci à la bonne soixantaine de votants qui ont participé plus ou moins régulièrement à ce vote qui a évoqué pas mal de souvenirs aux plus anciens et espérons-le permis à tous de découvrir ou redécouvrir une partie de l’histoire de notre club ainsi que notre site.

La rédaction

Mise à jour 12/01/2006