ORANGE URBAN à Madrid : le fruit de la passion !

  • Written by Daniel

2_equipes_paris_entete

(23/03) Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt !


AVION_LEPAGE_STUDIEUXCette citation, que récusent naturellement les amateurs de grasse matinée, a trouvé tout son sens, non pas quand le réveil à sonné à 03h45 du matin, le vendredi, mais plutôt 72 heures plus tard lorsque l’AIRBUS a activé son train d’aterrissage sur le tarmac de Roissy Charles De Gaulle.Chaque moment, chaque minute, chaque instant ont en effet été précieux durant cette très rafraîchissante escapade madrilène.


Après Londres en 2009 et Barcelone en 2010, les urbanistes de l’AS ORANGE se sont donc retrouvés au pays de BENZEMA, pour la 3ème édition de l’ORANGE FOOTBALL COMMUNITY, un tournoi international organisé grâce au process ORANGE PASSION.

Pour cette édition ibérique, le projet était porté par Tjeu LEATOMU, un collaborateur hollandais, d’origine molluquoise, dont l’activité professionnelle se situe à ORANGE UK, à Londres plus précisèment. De son côté, l’AS ORANGE était partie prenante pour l’organisation logistique et administrative.


Le tournoi a rassemblé 6 équipes venues de 3 pays (UK, France et Espagne), 3 autres countries pressenties (ORANGE : Moldavie, Roumanie et Pologne) n’ayant pas réussi à joindre leurs effectifs aux 50 joueurs présents sur le complexe POLIDEPORTIVO LAS CRUCES, en ce dimanche matin 18 mars. Cette installation se situe en banlieue sud de Madrid, à quelques encablures du stade Vicente Calderon, le fief de l’Athletico de Madrid.
Nous y reviendrons.

tjeu_4

Tjeu LEATOMU
tjeu_but

tjeu_issa

tjeu_francois_perpignaa_organisateurs

Samedi 17 Mars :

Rendez-vous général à 5h45 à l’Aéroport CDG. Tout le monde est bien présent…sauf Issa qui, jokant avec les organisateurs stressés, prétexte un lever du lit à peine entamé. Surprise, frayeur puis soulagement quand le même Issa, fier de sa blague, se présente, deux minutes après, pour enregistrer.

FRED_CHARLYPassé ce moment de ''stress hyper drôle'', la horde amicale se présente au contrôle pour la fouille des bagages. Fred MOSCOU, repoussant fièrement les consignes, décide de passer un shampouing au contrôle de la sécurité. Sans succès !

Sommé de laisser son énorme flacon, sous les rires nourris de Charly, il tentera, en vain, de le récupérer au retour. Quant à Charly, il devra à son tour laisser le sien au retour…. sous les rires nourris de Fred !.(cf photos : Fred et Charly)


On se croirait en colonie de vacances avec des grands enfants !

 


issa_vincentsciusAprès quelques couloirs aériens avalés sans turbulence puis plusieurs changements de metro, et quelques interminables kilometres de couloirs pédestres, le groupe franchit enfin la porte de l’hôtel, soulagé et heureux de déposer enfin les bagages.

La composition des chambres a été établie à Paris et chacun s’empresse de choisir sa future couche, qui un canapé-lit, qui la place de gauche dans les lits à deux places, qui un étage très éloigné de celui d’Issa, en raison de la configuration spécifique des muqueuses de sa gorge. ZZZZ

Une fois ces problèmes logistiques et physiologiques reglés, il s’agit de trouver un lieu de restauration, le croissant de CDG s’avérant bien trop éloigné et insuffisant pour tenir jusqu’au soir.

Issa et Vincent (photo de droite)

Vincent torrero (photo de gauche)

 

Facile, car l’unanimité est faite pour une paella….mais pas sur le choix du restaurant où nous pourrons la déguster. Les discussions s’engagent : Florilège :

PAELLA_FREDIl y a un menu, café compris !
Moi je ne prends pas de café !
C’est un euro de moins au restaurant d’en face !
Le patron n’a pas l’air sympa !
Oui mais Il y a une salle en sous-sol !
Non, la salle est trop sombre !
En plus elle est trop près des toilettes !
Et si on mangeait dehors en terrasse ?
Non, il fait un peu frais !
De toute façon, c’est plus cher en terrasse !
Sans parler qu’à mon avis, la paella, ce n’est pas une spécialité madrilène !
On s’en moque, on a faim !
Oui mais moi je vais prendre une pizza !
On s’installe comment ?
Autour des tables !
Non on est trop loin les uns des autres !
On ne pourra pas tous se voir !
Alors on les rapproche !
Du coup, je suis devant les toilettes !
Il en faut bien un !
On prend 12 Bières ?
Oui mais quelle taille ?
………etc

Comme le susurrait Vincent S, un des philosophes affamés du groupe, cela s’appelle l’inertie de groupe, soit l’accumulation de retards individuels !

METROAprès l’intégration des 11 paellas madrilènes qui donnèrent malheureusement raison à celui qui affirmait qu’il s’agissait plutôt d’un plat valencian, place à une petite sieste réparatrice pour la majorité des paellistes.

A ce moment du récit, il est facile de comprendre que l’âge avancé ou l’organisation physiologique de certains urbanistes ne leur permet pas d’assurer un journée complète de façon optimale si quelques pauses n’y sont pas integrées.


Ces quelques minutes de repos semblent appréciées. Au sortir de ces instants réparateurs, il est maintenant temps de procéder à la composition de deux équipes appelées à participer au Tournoi du dimanche matin.


20h
: Issa, membre officiel de la FIFU (U pour URBAN) et Charly DI STEFANO, en tant que lointain mais hypothétique cousin du grand Alfredo DI STEFANO, tirent au sort les joueurs sous les yeux de Maître FLEURY :

TIRAGE_AU_SORT_ISSA

 

TIRAGE_AU_SORT_CHARLY

Un tirage incontestable mais pourtant malhonnêtement contesté


Equipe maillots blancs :
François FLEURY CASILLAS - François CORDIER PEPE - Didier PSG AUFSCHNEIDER - Issa LAVAL SENE - Michel PAU PERPIGNAA - Abdel KMIHI BENZEMA
Equipe maillots bleus : Charly OM DI STEFANO - Rémi PAU Junior PERPIGNAA - Yves MOLLY MALONE TREDAN - Fred KGB MOSCOU – Youssouf  FIFA MARA - Lionel SALSA MORAND - Alain TOURNEE LEPAGE

Le sort vient de décider. Alors que certains s'en accomodent élégamment, d'autres se contorsionnent pour tenter de trouver une irrégularité au tirage qu'ils ne parviendront jamais ni à cerner ni à justifier.

equipe_bleue equipe_paris_2


La nuit effacera plus tard toutes ses rancoeurs ronflantes.

yves_chapeau21h : Le temps est magnifique mais la température reste fraîche et il est donc temps de se mettre au chaud pour effacer la paella du déjeuner.
Le quartier de LA LATINA où nous avons pris nos quartiers, est très jeune et très animé. Il va donc être compliqué de trouver une taverne pour 12 estomacs vides.


Heureusement, la solution apparaît subitement aux détours de nouvelles tergiversations : un restaurant typique nous accepte et nous accueille après avoir reçu Michael DOUGLAS jeune il y a quelques années.
La soirée est conviviale, la note un peu moins et tout, à coup d'anecdotes plus ou moins anciennes, se termine bien. Seul un caprice enfantin de Didier trop profondèment attaché à son pot de sangria, entamera la joie de vivre collective.

 


Dimanche 18 mars :
Jour de Tournoi et de match.

Après un déjeuner pris dans un café voisin où les churros rivalisent de gras avec les pains au chocolat, les orangistes devenus joueurs se dirigent vers le lieu suprême.

chine_perou_pologne_francePartageant leur vestiaire avec les deux équipes londoniennes, ils découvrent d'un coup d'un seul ce qu'est la vraie diversité.

Tjeu, le Hollandais présente en effet ses coéquipiers londoniens : un Péruvien, un Ecossais, un Chinois, deux polonais, un Mauricien, un Ivoirien, deux français....etc.(cf photo ci-contre)


Un melting pot à eux tous seuls !

Ce Tournoi qui rassemble autant de nationalités est vraiment une belle rencontre à lui tout seul. Merci ORANGE PASSION !
Deux groupes de 3 équipes ont été constitués, le referee est prêt, Herminia et sont appareil photo aussi, les joutes peuvent débuter.

Pour le premier match, qui sera aussi le dernier du Tournoi puisque ces deux équipes se retrouveront en finale, les espagnols défient les parisiens ou plutôt l'inverse car les ibériques, habitués à jouer ensemble, proposent un jeu très technique. Malgré une supériorité collective espagnole, nos '''maillots bleus'' arrachent le match nul (2-2).

abdel

Abdel

match_paris_blanc_uk2

But de Vincent SCIUS

auf

Didier

match_paris_bleu_uk

charly_gardien

Charly

match_paris_uk_2_5

fleury

François

match_paris_uk_5

Fred, twist again !

Notre équipe des ''maillots blancs'' n'aura pas la même réussite contre les anglais et s'incline logiquement sans marquer de but, ''qualité'' qu'elle s’évertuera à confirmer tout au long de la matinée.

A l'issue de la phase de poules, les deux équipes madrilènes sont opposées en demi-finale, goal average oblige.
L'autre demi-finale oppose les anglais aux ''maillots bleus'' parisiens. Ces derniers dominent les débats ((3-0), le but du Tournoi étant inscrit par Yves TREDAN sur une pépite de 15m dans l'angle du goal-keeper anglais.

Madrid : le football change avec URBAN !

equipe_spain_vainqueurAprès les matchs de classement qui voient nos ''maillots blancs'' terminer 6èmes ........sur 6, les '’maillots bleus'' pénetrent dans l'arène, fatigués, mais prêts au combat, désireux de prendre le taureau par les cornes. Après un début de finale à l'avantage des locaux qui piquent d'entrée, les bleus placent quelques banderilles et reviennent à 1-2.

Malheureusement, les espagnols, en habits de lumière, portent l'estocade et remportent très logiquement le tournoi, la queue et les oreilles.(cf photo ci-contre)


Dans la tribune, leurs aficionados sont aux anges.

Outre la pépite de Yves évoquée ci-dessus, deux autres prix ont été décernés : le prix du meilleur gardien du Tournoi à Peter TANATE, d'ORANGE Londres et celui du Fair-play à l'espagnol Pablo BAIZAN IGLESIAS, d’ORANGE Spain.(cf photos ci-dessous)

fair_play_baizan

Pablo BAIZAN

 

match_3eme_place

tanate_6

Peter TANATE
match_paris_uk_8

youssouf

Youssouf

equipe_1_uk

ORANGE UK 2

equipe_spain_2

ORANGE Spain 2

equipe_uk_1

ORANGE UK 1

Appliquant la formule déformée ''A vaincre sans baril, on triomphe sans boire'', les ''maillots blancs'' se joignent solidairement aux ''maillots bleus'' et se mettent en quête d'une boisson réparatrice pour évacuer leur légère déception. C'est chose faite, après quelques stations de Metro parfaitement avalées. Toutes les équipes se retrouvent dans un lieu prévu pour clore de belle façon cette matinée conviviale autour de différents tapas et quelques cervezas de bon ton.

issa_boubou_bleuLa suite du programme conduit la délégation française à deux pas, vers la PLAZZA MAYOR, lieu emblématique de Madrid.

Issa y retrouve d'aillieurs un vieux copain d'enfance sénégalais oublié et tout de bleu vêtu.(cf photo ci-contre)


18h :
retour au bercail où chacun se pomponne pour le plat de résistance de ce dimanche vraiment pas comme les autres : le match REAL MADRID – MALAGA, à 21h30 au stade Santiago Bernabeu.

 

 

 

 

 


real_tour_D

Ticket en poche, les urbanistes se dirigent gaiement vers cette enceinte magnifique et très verticale. Après avoir escaladé, très motivés, la Tour D du stade (cf photo ci-contre), ils découvrent, ébahis, ce lieu magique (‘’le plus beau stade du monde, comme aime à le dire François C), devenu pour un soir SANTIAGO URBANBEU.

Le match est vivant grâce aux joueurs de Malaga qui, bien que privés de TOULALAN, blessé, font nettement le jeu s’appuyant sur un milieu de terrain très vif et technique.
Mais les plus réalistes sont les madrilènes qui ouvrent le score, en contrebas, par Karim BENZEMA de la tête. Ce but aura le don d’éteindre les vélléités andalouses et ce jusquà 10 minutes de la fin et l’entrée du très applaudi Ruud VAN NISTELROY, un ancien de la maison REAL.


23h17 :
Arrêts de jeu et coup franc à 28m face aux poteaux : l’international CAZORLA s’élance et place la pelota dans la lucarne de CASILLAS médusé, pour une égalisation somme toute méritée.


Non loin de nous, les supporters andalous trépignent sous le regard amusé mais déçu des socios madrilènes. Et le Barça vainqueur de Grenade, la veille, revient à huit points au classement.
Et même à 6 points avec les résultats de la journée suivante qui a vu le REAL finir à 9 joueurs (4 explusés dont les deux coachs) et donc accroché à VILLAREAL (1-1) où 13 cartons jaunes sont été sortis par l’arbitre.

real_queue

REAL_TRIBUNE_1
REAL_MATCH_1 REAL_BOUFFE_TRIBUNE

REAL_REMI

REAL_TRIBUNE_2

REAL_TRIBUNE_LEPAGE

REAL_TREDAN


23h45 :
retour à la station de Metro SANTIAGO BERNABEU devant laquelle la file d’attente a enflé. Pas évident d’évacuer rapidement 83 000 spectateurs !.

REAL_METRO

Trouvez la différence entre ces deux photos
REAL_METRO_TRUQUEE

REAL_FILLE

REAL_MATCH_2

 

Video  du week-end


Après quelques minutes de patience, nous rentrons à LA LATINA, pour reprendre des forces et  pour clore en beauté cette journée.

Lundi 19 mars :

URBAN de MADRID : toujours sans pression

MADRID_ARCHITECTUREplaza_mayorLa grasse matinée ayant été fortement souhaitée et donc gentiment autorisée par les organisateurs, le départ de l’Hôtel s’effectue vers 11h du matin.

Le programme de ce dernier jour est libre et sans ''pression'' particulière.


Certains iront se cultiver et s’émouvoir devant GUERNICA, la célèbre toile historique de Pablo PICASSO pendant que d’autres préféreront circuler à pied et s’imprégner de cette belle ville de Madrid et de sa riche architecture.(cf photo ci-contre)


17h : Direction l’Aéroport BARAJAS, via les mêmes interminables couloirs de METRO qu’à l’aller.
HIC cependant à la dernière borne de sortie du METRO sur laquelle Daniel bute inexorablement, pour cause de ticket égaré. Si près du but ! C’est rageant !

tableau_final


Pendant que la troupe s’éloigne étonnament indifférente (sauf les deux sauveteurs Charly et Alain, remarquables de solidarité), Daniel cherche une solution logistique et artificielle pour s’en sortir sous les yeux du contrôleur prèt à dégainer. Quelques perles de sueur au front, Daniel sera autorisé à passer grâce à l’indulgence du dit contrôleur.
Message aux urbanistes fuyards, aux rires nourris : d’amende de 35 euros, il n’y eu point !

URBAN_AFFICHEURBAN_VIN_BOUTEILLEDe retour à Londres, Tjeu LEATOMU nous a adressé ce mail post week-end :

Hi Daniel! Yes, we very much enjoyed it as well!
Would be great if we could organize something like that again next year.

Comme il le suggère, la 4ème édition est inévitable. Mais où l’organiser ?

Quittant l’avion, sans son shampouing, Fred MOSCOU a presque répondu à cette question et a parfaitement résumé la situation. Il a en effet prononcé cette phrase incroyable qui fera date et qui reflète son souhait de destination pour la prochaine édition :


‘’MOSCOU se rapproche déjà de Varsovie.’’

Suite à ce week-end particulier, nous avons reçu plusieurs témoignages des participants dont deux ont retenu notre attention :

Youssouf MARA : ‘’J’ai vécu des moments dans ce club, que je n’aurais jamais vécus ailleurs’’

Lionel MORAND (cf photo ci-contre): un grand merci à tous pour me permettre de vivre avec vous tous ces petits moments bien trop précieux. J’ai le malheur d’être un peu trop jeune (ca fait du bien de pouvoir encore le dire !) pour avoir pu faire partie de la Dream Team à la Grande Epoque, celle où Rémy n’était même pas né !
Mais c’est un réel bonheur de pouvoir à chaque fois « s’incruster » dans cette bande d’éternels jeunes (presque) pré-pubères, sachant prendre le plaisir là où il se trouve, donnant tout son sens au mot « convivialité ».  
Bien sûr, il y a le Ronchon, l’Emmerdeur, le Stressé, le Blasé, le Teigneux, le Taiseux, et bien d’autres caractères bien trempés dans cette Comedia del Arte des temps modernes. Mais de tout cela nait un caractère unique, un esprit trop rare : l’Esprit Urban, celui capable de changer la plus petite des anecdotes en crise de fou rire dangereuse pour le corps.

Moi, je ne dis qu’une chose : les week-ends ne comportent que deux jours, et c’est bien. Mais les week-ends « Urban » durent beaucoup plus longtemps… gravés dans nos mémoires pour toute une vie !
Bonne récupération à tous ! Qu’il va être dur de reprendre nos petites et grandes vies de tous les jours…

NDLR : Snif snif !!

betisier_lionel_anicet

 

fair_play_2 fair_play_22

fait_play_20

FAIR-PLAY

De retour dans le 15ème, Charly s'est penché sur quelques potins qu'il vous livre :

Contrôle avant embarquement :
Fred s’est fait confisquer ses produits de beauté en particulier sa coloration pour cheveux et son gel lubrifiant.
Didier quant à lui, qui n’avait que son téléphone pour être mobile, a perdu toute sa vivacité en le récupérant en pièces détachées.

penaltiesRendez-vous avant enregistrement :
Voyant qu’Issa n’était toujours pas là au RV Daniel l’a appelé. Issa lui a répondu qu’il se réveillait juste. En fait c’était une blague pour stresser Daniel et Charly. Attention Issa une vengeance est programmée incessamment sous peu.

José Maria Olazabal :
Didier a soit disant puté avec le célèbre golfeur espagnol Olazabal vainqueur de 6 tournois du circuit mondial de golf. Il ne devait pas ce jour là avoir les yeux en face des trous du parcours après avoir bu un litre de sangria à lui seul.

ISSA_PAILLE_NOIRELEPAGE_PAILLE_JAUNEPub en bas de notre Hôtel :
Nous avons sympathisé avec Karim le serveur marocain et celui-ci en apportant son mojito à Issa lui a dit « excuse moi mais je ne l’ai pas fait exprès de te le servir avec une paille noire «

(Cf photo ci-contre)

Tirage au sort des équipes Urban :
Le tirage au sort a concocté 2 belles équipes et le curseur pour déterminer l’équipe 1 ou 2 était Didier Of.
A noter qu’Issa a été traumatisé de tomber avec l’équipe à maillots blancs.


Repas de midi du lundi :
Fred qui voulait finir la bouteille de vin en servant Charly s’est vu répliquer : « non je ne peux pas je suis le pilote de l’avion du retour «  et Alain de surenchérir : » et en plus on a une hôtesse de l’air »
Au cours du repas Abdel, qui avait des consignes de Testi , nous a rappelé tous les ¼ d’heure qu’il ne fallait pas rater notre RV de 17H pour partir à l’aéroport.

Au moment de quitter le restaurant Issa ne trouvait plus ses lunettes et a stressé un maximum avant que le serveur ne les retrouve sous la table. Cette perte de temps a été fatale à Charly qui s’est fait renverser un verre de vin rouge sur son pantalon et ses chaussures en passant devant la table à côté.

Photos :
Abdel ne sait plus ce qu’il a répondu à la question posée par son appareil photo : formater ou quitter. Vous le saurez si vous recevez ou pas de photos de sa part.
A noter que nous avons trouvé Abdel en progrès après la photo inoubliable qu’il avait prise sur le terrain de Urban meudon.

daniel_truqueArrivée à l’aéroport et passage du dernier contrôle ticket :
Daniel (cf photo ci-contre truquée) n’a pas assuré cette dernière haie après avoir assumé pourtant comme un pro pendant tout notre séjour.

En effet il n’a plus retrouvé son ticket de métro. Il n’y a que 2 urbanistes qui l’ont attendu : Alain et Charly. Les autres ne le connaissant plus dans la mesure où ils n’avaient plus besoin de notre gentil organisateur s’étaient enfuis comme des lâches.

Charly a essayé un stratagème de dernière minute en se faisant passer discrètement le ticket de métro d’Alain qui était déjà passé. Il l’a refilé aussi discrètement à Daniel qui a dit à Charly :

« mais si tu me le donnes tu ne pourras plus passer » alors que c’était le ticket d’Alain. Prenez des notes chers urbanistes si vous ne comprenez pas tout. Je reprends donc en vous disant que cette manip ne marcha pas car le ticket ne pouvait pas passer 2 fois. En définitive Charly aidé par une grande connaissance de la langue espagnole a négocié avec les 2 contrôleurs qui se trouvaient là et leur a expliqué qu’on était un groupe et qu’on avait tous pris un ticket. Cela a fonctionné puisque Daniel a pu franchir les portes sans amende mais en l’ayant amère pour avoir été abandonné par la dream team urban.

perpignaa

perpignaa_cordier_affectueux

 

 

PICADORES_PERPIGNAA

Michel avec un ancien picadores local en retraite

tredanMétro :
Pour notre dernier métro nous conduisant à l’aéroport Fred s’est installé à côté d’une dame qui avait une valise. A un moment donné le train a freiné et Fred, déséquilibré et pensant se rattraper à la barre, s’est accroché à la poignée de la valise et c’est alors que la dame surprise et ayant peur d’un vol lui a donné 2 tapes sur les mains. Fred est devenu vert puis jaune puis rouge de confusion et de honte. Si vous ajoutez à cela que Charly et Alain ont vu la scène et l’ont massacré comme dab. Il aurait mieux valu que ce soit Abdel ou François F. qui assistent à cet épisode car Fred s’en serait mieux sorti grâce à leur discrétion.

finaleUne deux :
C’est la première fois que nous assistions à un « une deux » entre Michel et OF du moins entre Michel et un piquet car la balle du « deux » n’est jamais revenue. Mais Michael tu crois encore au père Noël pour avoir initié ce geste que nous qualifierons d’absurde et d’inconscient.

 


fredMétro 2ème :
En attendant le train sur le quai nous avons assisté sur celui d’en face à une compétition de jet d’eau avec la bouche. Ce champion très connu en Espagne après avoir fait moins de 2 mètres sur 3 jets a accompli l’exploit au 4ème en atteignant un jet de 2.5 m. Tout çà homologué par le seul juge et commissaire présent un béarnais avec son béret noir ressemblant étrangement à Michel Perpignaa la beauté en moins cependant.

Parking :
Alain n’a pas franchi également la dernière étape du voyage. En effet il a payé aux caisses le parking, a récupéré sa carte bancaire mais a oublié le ticket de paiement sur l’appareil. Arrivé donc à la barrière Alain a fouillé toutes ses poches avec la méthode expérimentée par Daniel à l’aéroport de Madrid et bien sûr comme Testi, il  n’a jamais retrouvé son ticket. Il appelle alors dans le haut parleur et une charmante voix lui demande l’immatriculation de sa voiture. Et là le trou noir car il ne se rappelait plus le numéro. Il a fallu qu’Abdel sorte de la voiture pour aller voir et pour débloquer la situation. Grâce à Alain nous avons donc perdu ¼ de sommeil dans le parking plus encore un quart d’heure pour récupération de son sac à l’aéroport. Mais bon on n’allait pas l’engueuler car c’est lui qui nous ramenait. Et en plus Charly avait pris sa matinée de congé.

 

finalistes

Viva URBAN !!

LE BETISIER

betisiert_yves_pousse_le_mur

Trop petit ce gymnase pour Yves

betisier_20

betisier_22

betisier_21

betisier_charly

betisier_match_passionnant

Ce qu'on appelle la profondeur de banc !

betisier_portes

Avec François, la défense a su fermer la porte

betisier_rad